MAISON MÉDITERRANÉENNE DU CLIMAT

les 15 et 16 décembre à Tanger

Raison d‘etre : Contexte Historique
La MedCOP
Climat Tanger
2016
 

La MedCOP Climat qui s’est tenue à Tanger en Juillet 2016, en amont de la COP22 de Marrakech, fut une grande réussite, forte de 3500 participants et 340 intervenants, qui ont représenté plus de 200 organisations. L’espace de la société civile à lui seul, a accueilli plus de 9000 personnes. La Région Tanger-Tétouan-El Hoceima a posé, en conclusion de cet événement, le principe d’une pérennité du forum à l’échelle de l’ensemble du bassin méditerranéen et de création d’une Maison méditerranéenne du Climat à vocation d’impliquer tout le pourtour.

Une région hôte sera désignée à chaque édition pour permettre à ceux qui agissent dans les territoires et au coeur de l’économie de se rencontrer. Cette décision prend tout son sens au regard de la grande vulnérabilité climatique de l’espace méditerranéen, renforcée au sud dans son interface avec l’Afrique. Les multiples conséquences - santé, migrations, perte de biodiversité et de ressources alimentaires, … - supposent des réponses alignées aux dimensions d’adaptation et de réduction et pourraient ainsi constituer de nouvelles opportunités économiques.

LE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES PROCHAINES MEDCOP’S SERA BASÉ À TANGER AU SEIN DE CETTE MAISON MÉDITERRANÉENNE DU CLIMAT.

Maison Méditerranéenne du Climat Un hub climat à l’échelle Méditerranée-Afrique.

La Maison Méditerranéenne du Climat et son ”projet civilisationnel”, comme l’a qualifié le souverain le Roi Mohammed VI, doit devenir un lieu de consensus sur les objectifs « climat ». Elle sera un « hub » à destination des territoires, des PME, des consommateurs, des investisseurs, des contributeurs ; du monde éducatif… et un trait d’union entre les acteurs non étatiques, les Etats et les citoyens. La structure sera un accélérateur de transitions nécessaires à la lutte contre les changements climatiques et à l’adaptation. Ce sera aussi un espace de production de nouvelles formes de partenariats multi-acteurs pour assurer des effets d’échelles dans un élan de solidarité (échanges et mutualisation) et de complémentarité (assemblages autour de projets). Ce sera un espace qui réconcilie l’action individuelle et collective, avec pour causes communes prioritaires : l’économie verte, l’emploi et pour cela le financement de projets.

Ce sera un lieu au service de ceux qui agissent au quotidien pour la lutte contre les dégradations climatiques, et se positionnera à la fois comme étant un centre de ressources, de renforcement de capacités, d’incubation et d’accompagnement de projets. L’initiative s’appuie sur de riches partenariats, dans

une logique de consortium animé par des ambitions communes et par une volonté de massifier les actions des uns et des autres. La Maison Méditerranéenne du Climat porte des ambitions fortes dans une attitude coopérative. Ce sera un lieu de services, d’assemblage des acteurs étatiques et non étatiques qui ne se voudra pas un nouveau réseau ou « réseau des réseaux » mais bien un « ensemblier » agile au service du Climat. Politiques et techniciens des autorités locales, organismes de la finance climat et entreprises - petites et moyennes -, ONG, chercheurs sont les principaux futurs acteurs de la Maison Méditerranéenne du Climat.

La Maison Méditerranéenne du Climat sera également un lieu de construction du « soft power » (influence) des collectivités territoriales, des acteurs économiques, des acteurs sociaux, des citoyens, des savoirs (mobilisation des réseaux éducatifs et de l’enseignement supérieur-recherche, référence à la « data » et à l’objectivation des avancées climatiques), et de leur action commune.

La Maison Méditerranéenne du Climat assurera également le secrétariat permanent de la MedCOP Climat. Une coordination qui s’appuiera sur des Comités scientifiques, d’organisation et de programme. Elle sera basée à Tanger et animera une gouvernance collective, définira les lignes directrices et les cahiers des charges des prochaines MedCOP Climat qui seront organisées par des régions d’accueil ou de grandes autonomies.

Rencontre annuelle de la maison maditerraneenne du climat - a Tanger

Tous les deux ans, indépendamment de la MedCOP Climat, un grand événement sera organisé à Tanger. Il représentera les rencontres spécifiques des réseaux et organisations intermédiaires, au contact des régions de la Méditerranée et des porteurs de projets soutenus par l’organisation.

L’objectif est de positionner la Maison Méditerranéenne du Climat comme un accélérateur de transformation des territoires. Il s’agit pour cela de favoriser, à l’échelle méditerranéenne, toutes les coopérations et partenariats directs entre acteurs des territoires. La question prioritaire reste le renforcement de capacités et l’accès aux financements. Le format est volontairement limité en nombre de participants (environ 200 personnes dont 100 hors Maroc).

Les Contributions Déterminées au niveau National (CDN/ NDC en anglais) ont engagé l’ensemble des pays méditerranéens dans la lutte contre les changements climatiques pour un montant dépassant les 400 milliards USD. Elles sont complétées par les participations des collectivités locales (convention des Maires) et par les engagements de la société civile (plateforme NAZCA). En parallèle, les collectivités locales et les entreprises ont pris des engagements sur la plateforme NAZCA et dans le cadre d’un plan d’actions mondial par filière porté par les « champions du climat ». Ces engagements croisent dans une majorité des cas, les problématiques urbaines et territoriales - énergie, transport, habitat, déchets, agriculture urbaine… et à l’inverse, l’urbain et le développement territorial, en tant qu’acte complexe de production des villes et territoires, impacte le climat, dans les deux composantes d’atténuation- mitigation-et d’adaptation aux changements climatiques. Il s’agit donc de s’affirmer comme l’acteur du lien entre les agendas climat et les agendas métropolitains pour construire des espaces collectifs optimisant actions et financements, en donnant toute sa place à l’économie verte et à l’emploi.

Le principe des archipels économiques :

Il s’agit de déployer une ingénierie de projets multi acteurs services-industries en travaillant à renforcer la connaissance des écosystèmes d’acteurs autour de certaines thématiques comme l’agriculture, les énergies renouvelables, le tourisme… L’objectif est d’accompagner leur mise en réseau à l’échelle euro-méditerranéenne, d’être un appui à leur développement ainsi qu’à la diffusion des expériences d’un point de vue méthodologique, technologique, innovations d’usages, etc. La question de la mobilisation de la finance climat sera essentielle. L’innovation en général est à valoriser, avec notamment un soutien aux start’ups. Cela veut dire être capable d’accompagner des projets, de l’incubation aux premiers déploiements sur le terrain.

Le volet « participation citoyenne » / empowerment :

Les citoyens et les acteurs ont du pouvoir, cela donne aussi des responsabilités. Que ce soit les corps constitués, le citoyen non organisé ou les acteurs non étatiques, il s’agit de renforcer la conscience qu’on est en train d’agir sur une dynamique commune, en insistant d’abord sur les ressemblances entre les peuples. Dans les relations Nord/Sud - Est/Ouest –Sud/sud : où sont les causes communes ? La question des migrations sera centrale mais prise dans sa transversalité.Il s’agit aussi de redéfinir les positions individuelles (en tant que consommateur/contributeur). Comment vous consommez ?

Les rencontres alimenteront les quatre clés d’action qui seront celles qui fonderont l’action de la Maison méditerranéenne du climat

Les 4 clés d’action de la Maison Méditerranéenne du Climat :

> Finance

> Compétence et talents

> Acceptabilité et comportements

> Innovation et technologies

Les travaux menés par les premières MedCOP Climat ont démontré que l’information est riche et diverse, mais difficilement accessible. Chacun produit de la ressource selon ses habitudes et ses codes locaux, sans se préoccuper de rendre accessible cette informationqui pourrait être si précieuse pour un autre porteur projet situé parfois à des milliers de kilomètres, mais avec des habitudes professionnelles et culturelles très différentes et dans une autre langue. Cela concerne au tout premier plan la finance. Quels sont les financements accessibles ? Quels sont les critères ? Au-delà des prêts est-ce qu’il y d’autres solutions ? Les solutions techniques mises au point par les techniciens des collectivités locales, les entreprises et les associations seront aussi partagées.

Mieux financer les projets, y compris les plus modestes… notre priorité !

Si les financements sont nombreux, ils sont souvent difficiles d’accès et les porteurs de projets manquent de compétences pour rendre leurs projets « bancables ». Les grands bailleurs de fonds et investisseurs se plaignent du manque de projets à financer.

La Maison Méditerranéenne du Climat proposera des cycles de formation et d’accompagnement de projets. Un guichet d’informations sera ouvert. Les projets identifiés seront analysés en termes de faisabilité, puis incubés et accompagnés. Des concours seront organisés pour faire remonter et valoriser des projets. Une action spécifique de formation sera menée auprès des porteurs de projet pour un réel renforcement de capacité (actions présentes et futures).

Des cycles de formation de formateurs seront menés pour que des experts puissent mener régionalement ce type d’actions. Un fonds d’investissement hébergé à la Maison Méditerranéenne du Climat de Tanger pourrait dans un deuxième temps favoriser des amorçages efficaces. Une préfiguration sera lancée avec un questionnaire. Elle permettra de faire émerger les premiers projets.

HAUT